Fribourg 2016, jour 2 (partie 2): Femmes du monde

FIFF 2016Après le très-féministe-mais-pas-si-militant Madonna, place au pas-si-féministe-mais-très-militant Mary Kom, biopic sur une multiple championne du monde de boxe originaire du Manipur, province du nord-est de l’Inde animée d’une sérieuse agitation indépendantiste. Exemple type du film qu’on aime détester – à moins que ce soit l’inverse. Ce blockbuster bollywoodien signé Omung Kumar, sorti en 2014, a trouvé sa place dans la section « Cinéma de genre : plus féroces que les mâles », ne serait-ce que parce qu’il donne à voir une image de la femme bien loin des clichés que véhicule le cinéma indien mainstream – ce qu’on lui reproche assez.

Le pire…

Mary KomTout droit sorti de l’industrie bombayenne, emmené par l’ancienne Miss Monde Priyanka Chopra et rythmé par des chansons à faire pleurer des camionneurs, le film contient tout – ou presque : on échappe aux interminables chorégraphies, et ce n’est pas rien – ce qu’il peut y avoir d’insupportable dans le cinéma indien commercial. À commencer par des tics de mise en scène et d’écriture usés jusqu’à la corde dans des milliers de film sur le sport : dialogues éculés sur la rage de vaincre, montages nerveux sur les sessions d’entraînement, péripéties sur le modèle Olive et Tom, adversaire allemande dure à cuir et mauvaise perdante sur les bords, tout y passe.

En point d’orgue, on pourra montrer dans toutes les écoles de cinéma le montage alterné entre une finale de championnat du monde bien mal entamée – le syndrome Olive et Tom, toujours – et l’opération à cœur ouvert de l’enfant de l’héroïne.

… et le meilleur

Mais il y a aussi ce qu’on aime : une naïveté et un amour du cinéma contagieux, une histoire à laquelle on a envie de croire et, surtout, quelques uppercuts dans le menton des stéréotypes de genre.

Mary Kom

Il faut reconnaître au film sa capacité à illustrer la notion d’intersectionnalité, c’est-à-dire l’entrecroisement des mécanismes de domination dans la société. Mary Kom a dû non seulement faire face aux difficultés que rencontre toute femme se consacrant à haut niveau à un sport réputé masculin – insultes à l’intention de son mari comprises –, mais aussi compter avec le mépris lié à son origine ethnique et sociale – elle est issue d’une famille de paysans d’une ethnie minoritaire du Manipur.

À travers le parcours hors-normes de cette championne, et quitte à forcer le trait ici et là, le film résume la prégnance des rapports de domination entre castes, classes, ethnies et genres dans l’Inde contemporaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :