Locarno Mio (2017/7) – S. Mizrahi: « un mélange surréaliste d’art et de commerce »

Locarno Film Festival 2017

Locarno Mio, c’est, en sept questions, le Festival de Locarno dans les yeux de celles et ceux qui l’arpentent depuis plus ou moins longtemps. Shevaun Mizrahi présentait cette année Distant Constellation, documentaire empreint de nostalgie tourné dans une maison de retraite d’Istanbul. Elle a bien voulu jouer le jeu des questions-réponses. Elle était un peu pressée, mais a quand même pris le temps de nous parler d’un inoubliable karaoké à Bellinzona. (Original version in English below)

1. C’est loin Locarno ?

Oui.

2. C’est grand Locarno ?

Oui.

3. C’est quoi Locarno ?

Un mélange surréaliste d’art et de commerce.

4. Qu’est-ce que tu fais à Locarno ?

Je présente un film.

5. La Piazza Grande tu connais ?

Oui.

6. Locarno, en janvier, ça existe encore ?

J’imagine que c’est une ville fantôme. Vide, calme, se reposant en vue de l’année à venir.

7. Il y a un truc que tu as vu ou entendu à Locarno, que tu ne risques pas d’oublier ?

Un retour en courant à notre hôtel à Bellinzona, tard dans la nuit, sous la pluie et l’orage… On s’est arrêtés dans un bar à karaoké où une vieille rock star chantait passionnément chanson après chanson.

Aussi une rencontre avec Patrick Lindenmaier, un artiste installé à Zurich qui s’occupe de l’étalonnage des films de Pedro Costa. J’ai pu entendre ses réflexions sur le processus de transfert du numérique au 35mm aujourd’hui, et ses conseils sur la manière d’améliorer l’étalonnage de notre film.

———————————————————————————————————————————————

1. Is Locarno far away?

Yes.

2. Is Locarno big?

Yes.

3. What is Locarno?

A surreal mix of art and commerce.

4. What are you doing in Locarno?

Presenting a film.

5. Do you know the Piazza Grande?

Yes.

6. Does Locarno still exist in January?

As a ghost town, I imagine.  Empty, quiet and resting for the upcoming year.

7. Is there something that you have seen or heard in Locarno, that you will never forget?

Running back to our hostel in Bellinzona late night through rain and thunderstorm… Stopping in a local karaoke bar where an older rock star sang passionately song after song.

Also, meeting Patrick Lindenmaier, the Zurich based artist who color corrects Pedro Costa’s work. Hearing his thoughts on the process of digital to 35mm transfer these days and advices on how to improve the color correction of our film.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s