Locarno 2018 : Voyage au bout de l’insularité (Insulaire, S. Goël)

Plusieurs centaines de kilomètres au large des côtes chiliennes, se trouve l’île Robinson Crusoe, où a échoué en 1704 Alexander Selkirk, le corsaire dont l’aventure a inspiré le roman de Daniel Defoe. Vous y trouverez, tout près de la côte, un petit restaurant. On y sert du poisson, du poulpe et, surtout, de la langouste, spécialité de l’île. Le patron du restaurant parle espagnol, bien sûr. Mais d’où vient le nom de l’établissement, Baron de Rodt ? Et d’où sort la guirlande de drapeaux décorant la terrasse, aux couleurs des 26 cantons suisses ?

Pour résoudre ces énigmes géographiques, il faut remonter à la fin du 19e siècle. Alfred von Rodt, enfant terrible d’une famille de notables bernois, ancien mercenaire de l’armée autrichienne, est parti traîner sa jambe blessée à l’autre bout du monde. En 1877, 35 ans après la fondation de la Nouvelle Helvétie, en Californie, par son illustre compatriote John Sutter, von Rodt obtient du gouvernement chilien le droit de s’installer sur l’archipel Juan Fernández avec quelques compagnons.

Insulaire

Trois îles volcaniques peu avenantes, pas âme qui vive, quelques chèvres sur les hauteurs de l’île principale. C’est « l’exact milieu de nulle part », le rêve pour un aristocrate en rupture de ban et prêt tout pour échapper à son milieu.

Un siècle et demi plus tard, Insulaire nous fait découvrir la vie des descendants de cette poignée d’aventuriers. En allant à leur rencontre, le réalisateur Stéphane Goël – épaulé par Antoine Jaccoud à l’écriture – soulève de belles questions sur l’insularité. Qu’est-ce qu’habiter une île loin de tout, menacée par les tempêtes tropicales et des tsunamis meurtriers – comme celui qui a dévasté la capitale, San Juan Bautista, en 2010 – et comptant plus d’otaries que d’humains ?

Dans l’esprit de von Rodt, l’archipel offrait l’occasion d’une expérience géographique inédite, bien loin des représentations du monde européennes : « Tout le monde, écrit-il, pourrait se dire que, dorénavant, il était d’ici et pas d’ailleurs ». Avec comme conséquence que celles et ceux qui les rejoindraient ne seraient pas moins d’ici que leurs prédécesseurs.

Prendre racine – par définition, une île déserte ne peut se conquérir, tout au plus peut-on se l’approprier – mais laisser les nouveaux venus faire de même à leur guise : l’archipel sera à tout le monde, puisqu’il n’est à personne. L’isolement devient, joli paradoxe, gage d’ouverture.

Aujourd’hui, on est plus circonspect à l’égard des habitants récemment installés sur l’île. On les surnomme les plasticos, souvenir du plastique apporté par les gens du continent il y a quelques décennies. On a tendance à les accuser de tous les maux, coutume ni particulièrement chilienne ni particulièrement suisse, mais aujourd’hui universelle. Bref, on s’inquiète pour l’identité de l’île.

Insulaire

Il a suffi de quelques générations pour que la mentalité d’assiégés de ce début de siècle contamine ce petit point du bout du monde. Peut-être, plus que partout ailleurs, faut-il y voir surtout un signe de fragilité. Dans un tel lieu, la distance relève à la fois de la bénédiction – pour qui rêve de tranquillité – et de la malédiction – la mer avale régulièrement un pêcheur et, plus prosaïquement, de nombreux services ne sont disponibles que sur le continent.

Le baron exilé résume le paradoxe : « On voudrait se dire que l’insularité c’est l’indépendance. Il se croit souverain, l’insulaire, il est surtout vulnérable ».

Que les insulaires du monde entier, y compris ceux qui vivent au beau milieu des continents, se le tiennent pour dit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s